• Les Prix Jeunes 2019

    les jeunes engagés contre l'exploitation sexuelle aux côtés de la Fondation Scelles pour une 6ème édition sur une thématique au coeur de l'actualité : « les dangers de la prostitution sur internet »

    Palmarès 2019

    PRIX DU JURY DU MEILLEUR RÉQUISITOIRE

    Laura Duc (ENM)

     

    PRIX DU PUBLIC DU MEILLEUR RÉQUISITOIRE

    Aude Laroyenne (ENM)

    PRIX DU JURY DU MEILLEUR REPORTAGE

    Hugo Smague & Emma Benda (ESJ)

     

     

    PRIX DU PUBLIC DU MEILLEUR REPORTAGE

    Mathilde Verron (ESJ)

    Les Prix : C'est quoi ? Avec qui ? Quand ?

    • Une opération de sensibilisation

    Des jeunes prennent la parole pour sensibiliser d'autres jeunes et le public aux réalités et aux dangers de l’exploitation sexuelle et pour participer au changement des mentalités.

    • 2 concours et 4 récompenses

    2 concours récompensent les meilleurs réquisitoires et reportages sur la réalité de l’exploitation sexuelle.

    2 Prix sont attribués pour chaque concours : le Prix du public et le Prix du Jury de personnalités.

    • 17 candidats

    Des étudiants, jeunes professionnels magistrats, journalistes.

      • 2 partenaires de premier plan

      l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, l’Ecole Nationale de la Magistrature.

      • 2 jurys

      Des personnalités du monde juridique, politique, associatif, médiatique, artistique attribuent le Prix du Jury 2019 pour chacune des deux catégories.

       

      Le public votera en ligne à partir du 6 janvier 2019.
      • Des rendez-vous tout au long de l'année

      9 Mai 2019 : Concours de réquisitoires en public à l'ENM à Bordeaux -> en savoir plus

       

      29 mai 2019 : Remise des reportages des candidates de l'ESJ Lille

       

      Du 6 au 25 janvier 2020 : Vote sur internet du public et Vote du Jury pour l'ensemble des concours

       

      30 janvier 2020 : Cérémonie de Remise des Prix au Hasard Ludique.

    • Partenaires

      2 partenaires institutionnels qui nous accompagnent depuis 6 ans pour l'ESJ et 5 ans pour l'ENM. Cette fidélité fait aujourd'hui des Prix Jeunes de la Fondation Scelles une opération majeure de sensibilisation contre l'exploitation sexuelle.

      Ecole Supérieure de Journalisme de Lille

      6ème collaboration

      Créée en 1924, l’École supérieure de journalisme de Lille (ESJ Lille) est la plus ancienne des 14 écoles reconnues par la profession en France. Sa mission première est la formation initiale au journalisme. Les 60 étudiants sélectionnés chaque année par concours (Bac+3) reçoivent une formation “polymédia” (radio, télé, presse écrite, agence, web) sur 2 ans. Le concours d’entrée est organisé en commun avec l’Institut d’Etudes Politiques de Lille (Sciences Po Lille), ce qui permet aux étudiants d’obtenir deux diplômes à l’issue de leur scolarité : celui de l’ESJ Lille (reconnu par la profession) et celui de l’IEP de Lille (valant grade de Master 2 en Sciences politiques). En 2009, l’ESJ Lille a créé avec le Bondy Blog, la “Prépa égalité des chances” qui accompagne des jeunes sélectionnés sur critères scolaires et sociaux dans la préparation des concours d’entrée des écoles de journalisme reconnues.

      esj-lille.fr

      Ecole Nationale de la Magistrature

      5ème collaboration

      L’Ecole Nationale de la magistrature (ENM), située à Bordeaux, a été créée en 1958 sous le nom de Centre national d’études judiciaires. Son statut d’établissement public administratif national placé sous la tutelle du Ministre de la Justice, donne à l’ENM une autonomie de ses moyens d’action administratifs et financiers.

       

      L’ENM assure 5 missions principales : organisation des concours d’accès ; formation initiale des auditeurs de justice, futurs magistrats français ; formation continue des magistrats français en fonction ; formation des magistrats d’États étrangers liés à la France par des accords de coopération ; formation de juges non professionnels, des juges consulaires et de proximité, et de certains collaborateurs de justice.

      enm.justice.fr

       

    • Jury

      Des personnalités engagées du monde de la presse et des médias, de la justice, de la politique, des associations et de l'action sociale.

      Gérard Biard

      Porte-parole de Zéromacho, rédacteur en chef de Charlie-Hebdo

      Hélène Bidard

      Adjointe à la mairie de Paris, Chargée des questions relatives à l'Egalité Femmes/Hommes, et la lutte contre les discriminations et droits humains

      Cléane Génalien

      Éducatrice spécialisée, Lauréate de l’Institut de l’Engagement, Auteure

      Auriane Guerithault

      Journaliste chez Quotidien, Prix du Public du meilleur reportage 2018

      Rosen Hicher

      Survivante de la Prostitution, Initiatrice de la Marche pour l'Abolition

      Elisabeth Moiron-Braud

      Secrétaire générale Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains

      Mickaël Nogal

      Député de la 4ème circonscription de Haute-Garonne, Membre de la Délégation aux Droits des Femmes et à l'Égalité des Chances, Vice-président de la Commission des affaires économiques

      Ernestine Ronai

      Responsable de l’Observatoire Départemental de Seine-Saint-Denis des violences envers les femmes, membre du HCEFH

      Laura Taouchanov

      Reporter pour RMC, Prix du Public du meilleur reportage 2018

      Amélie Vivet

      Substitute du Procureur de la République au Tribunal de Grande Instance de Pontoise, Prix du Public du meilleur Réquisitoire 2018

    • Intervenants

      Ils seront avec nous le 30 janvier pour apporter leur éclairage

      Vincent Cespedes

      Philosophe, essayiste, compositeur...

      Vincent Cespedes est sans doute le plus iconoclaste des philosophes français : auteur de quinze ouvrages reconnus, dont L'Ambition ou l'épopée de soi et Oser la jeunesse (Flammarion), il développe une pensée innovante et humaniste, donnant des conférences dans le monde entier. Il crée aussi des applis philosophiques (Deepro, tests sur les valeurs humaines), détourne la technologie Video Facebook Live pour en faire un vecteur de "philosophie directe" (Dream Tanks, les agoravidéos citoyennes). C'est un aussi un compositeur, dont la musique est notamment jouée par l'orchestre de Moscou. Autant de champs d'intervention où ce quadragénaire donne libre cours à sa créativité intellectuelle et nous donne les clés d'un monde en devenir.

      Isabelle Germain

      journaliste, formatrice et auteure

      journaliste dans la presse économique et d’information générale pendant 20 ans. Indépendante pendant 12 ans, j’écris dans la presse d’information générale et économique et dans la presse professionnelle. Je suis ensuite chef de service à L’Usine Nouvelle avant de créer Les Nouvelles News. Je suis aussi très engagée à l’Association des femmes journalistes (AFJ) dont je serai présidente de 2001 à 2005, puis vice-présidente. J’ai créé le prix de la publicité la moins sexiste.

      J’ai également été, à titre bénévole, présidente de la commission stéréotypes du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes de 2013 à début 2016.

      Formatrice

      Nos formations « Prendre la parole pour booster sa carrière ». J’ai suivi des formations en média-training, technesthésie, thérapies comportementales qui m’ont permis de mettre au point la formation « Déclic », unique en son genre. Objectif pour les femmes : prendre la parole de façon assurée dans la vie professionnelle ou dans l’espace public. Pour que les femmes ne soient plus les «oubliées des promotions».

      Auteure
      Si elles avaient le pouvoir…, Isabelle Germain, Larousse, coll. À dire vrai, 2009.

      18 ans Respect les filles !, Isabelle Fougère, Isabelle Germain et Natacha Henry, la documentation française, 2009.

      Dictionnaire iconoclaste du féminin, Annie Batlle, Isabelle Germain et Jeanne Tardieu, Bourin Editeur, février 2010.

    • Concours de réquisitoires

      Réquisitoires des candidat-es de l'ENM
      5 ème collaboration
      6 futurs substituts du procureur de la promotion 2017 de l’École nationale de la magistrature ont participé, le 9 mai dernier, dans le cadre de la préparation aux premières fonctions « parquet », au concours de réquisitoires des Prix Jeunes contre l’exploitation sexuelle organisé par la Fondation Scelles, en partenariat avec l’ENM. Le cas pratique traitait cette année de la prostitution et internet.

      Marc-Antoine Moreau, Laura Duc, Clémence Perreau, Alix Bukulin, Aude Laroyenne, David Malicot

      Réquisitoire 1 : Laura Duc

      ENM, auditrice de justice, promotion 2017

      "(...) Mais par cette analyse, vous percevrez alors la logique de rentabilité qui a animé les accusés pendant des mois et vous comprendrez le terrible but économique de l'asservissement des jeunes filles. (...) Car il est aujourd'hui question, Madame la Présidente, dans cette affaire, outre d'une violence exercée pour obliger à la prostitution, d'une exploitation d'êtres humains, d'une servitude de chacune des jeunes filles pour pouvoir extraire et utiliser comme bon leur semble leur intimité.(...)."

      Réquisitoire 2 : Alix Bukulin

      ENM, auditrice de justice, promotion 2017

      "(...) A ce stade, je vous poserai une seule question : Si c'est un choix, à supposer que cela puisse être un choix de se prostituer quand on n'a même pas vingt ans, n'est ce pas un choix désespéré ? (...) Mais l'enquête a aussi permis d'apporter un éclairage nouveau sur la Traite des Êtres Humains et sur le proxénétisme en bande organisée qui sont soumis à votre juridiction. Car le décor a changé. Vous n'avez pas à connaître d'un dossier de trottoir, de parking ou de sous-bois mal éclairé. Non, vous avez à connaître d'un proxénétisme 2.0 où les sites d'annonces sur Internet jouent un rôle de "facilitateurs" (...)"

      Réquisitoire 3 : David Malicot

      ENM, auditeur de justice, promotion 2017

      "(...) Embauchées, dirigées, manipulées, exploitées, vendues. C'est ça le proxénétisme défini dans le Code Pénal. Et parce qu'il prolifère dans des quartiers à la merci des plus jeunes, il porte un nom : le proxénétisme des cités qui devient endémique. (...) Ils nous rappellent que la traite des êtres humains n'est pas un phénomène réduit à l'histoire de l'esclavage. C'est encore très actuel et vous en avez la preuve. Ces hommes ont exploité quatre filles en les mettant à disposition de tous ces clients alors même qu'elles étaient victimes de proxénétisme. Ils ont nié leur dignité de personne humaine. "Vous n'existez que pour votre enveloppe charnelle !" Voilà ce qu'ils ont tenu à leur dire ! (...)"

      Réquisitoire 4 : Clémence Perreau

      ENM, auditrice de justice, promotion 2017

      "(...) Aussi, contrairement à l'intolérable discours tenu par les accusés aujourd'hui, il ne sera aucunement question pour moi de vous parler de parts de marché ou d'organisation sociale, mais bien de ce qui, en droit, se nomme proxénétisme aggravé. (...) Ce proxénétisme dit des cités, qui a pour principal vecteur Internet, est un phénomène récent, que la justice a vu apparaître au hasard d'écoutes judiciaires de personnes soupçonnées de se livrer à un trafic de stupéfiants. Il représente 14% des victimes de proxénétisme identifiées en France, et 56% d'entre elles sont des mineures, des enfants. (...) Aujourd'hui la peur doit changer de camp (...)"

      Réquisitoire 5 : Aude Laroyenne

      ENM, auditrice de justice, promotion 2017

      "(...) Je veux simplement souligner qu'aujourd'hui, en France, en 2019, l'esclavage sexuel existe et il est encore possible de faire perdre sa dignité, et donc son humanité, à une jeune fille, à un enfant en la traitant comme moins qu'un objet. (...) Vous les condamnerez pour les faits de proxénétisme commis en bande organisée et de traite d'êtres humains. Juridiquement, il importe que ces deux qualifications soient retenues ! La défense vous demandera l'acquittement pour l'une ou l'autre de ces infractions, au motif que les faits de traite des êtres humains sont compris dans les faits de proxénétisme. Mais en réalité ces deux infractions sont complémentaires ! Je m'explique. (...)"

      Réquisitoire 6 : Marc-Antoine Moreau

      ENM, auditeur de justice, promotion 2017

      "(...) On aurait tort de croire d'ailleurs, que ces deux accusés (...) sont tombés dans le proxénétisme des cités par un effet d'aubaine, parce que la prostitution avait l'avantage, peut-être contre les stupéfiants, de ne pas impliquer de matière à stocker. (...) Ne pas dire que l'aubaine c'était exploiter des filles perdues en rupture de la société, ne pas dire que l'aubaine c'était séquestrer, battre, violer par destination. Tout a été réfléchi. Tous leurs actes étaient conscients, pensés, pesés et c'est aussi parce qu'ils ont choisi de passer du trafic de produits au trafic d'êtres humains avec une telle légèreté qu'ils sont si condamnables."

    • Concours de reportages

      Reportages des candidat-es de l'ESJ Lille
      6ème collaboration
      11 étudiants-es en journalisme, dont certaines ont travaillé en binômes ont livré 6 podcasts sur le thème de la prostitution et des nouvelles technologies. Ces candidat-es ont reçu le soutien d'Aliénor Carrière, journaliste au pôle Info d'ARTE, diplômée de l'ESJ Lille et lauréate du Prix du Jury pour le concours du reportage 2016. Cette année, c'est dans le cadre de leur cursus scolaire qu'Aliénor a pu encadrer les étudiant-es en Master 1.

      CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ECOUTER LE PODCAST

      Reportage 1 : "Findom, l'illusion de l'argent facile"

      Issue du spectre BDSM, la domination financière (findom) est considérée comme une paraphilie, une pratique sexuelle qui diffère de la norme. Mais s’il est assez facile de comprendre pourquoi des femmes se lancent dans cette activité (désir de domination, appât du gain), les raisons pour lesquelles certains hommes acceptent de se faire soumettre et humilier en échange d’argent sont plus obscures.

      Reportage 2 : "Les supermarchés du sexe en ligne "

      En France, la prostitution n’est pas interdite. Mais ces sites enfreignent la loi, en aidant, assistant et tirant profit de la prostitution d’autrui. Dans le Code pénal, on appelle ça du proxénétisme.

      CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ECOUTER LE PODCAST
      CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ECOUTER LE PODCAST

      Reportage 3 : "Quand la start-up nation s'attaque au business des cam-girls "

      Depuis février 2018, Paul-Henri a lancé plusieurs site de chat video, mais aucun n’a pu devenir une application pour smartphone. Les conditions des stores sont strictes : pas de contenu explicite, pas de porno, pas de prostitution. Pourtant, certains développeurs ou utilisateurs parviennent à déjouer les règles. Explications.

      Reportage 4 : "Twitter : la passe 2.0 "

       

      Envoi de photos dénudées, exhibitions devant la caméra, actes sexuels par webcam interposée... C’est une nouvelle forme de prostitution qui a émergé avec le numérique. Et qui existe grâce aux réseaux sociaux.

      CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ECOUTER LE PODCAST
      CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ECOUTER LE PODCAST

      Reportage 5 : " Snapstitution : de la vente de nues aux relations réelles "

       

      Snapchat est le réseau social préféré des préadolescents. C’est aussi l’hôte de nombreux comptes de femmes qui proposent à la vente des photos d’elles nues. Les mineurs sont donc facilement exposés à un contenu pornographique et peuvent en devenir les clients.

       

      Reportage 6 : " Poupées sexuelles : c'est quoi ce bordel ? "

      Alors que la toute première poupée sexuelle a fait son apparition au Japon dans les années 1970, retour sur la mutation de ces poupées, d’un rôle de compagne, à celui de jouet sexuel lorsqu’elle arrive dans les maisons closes occidentales.

       

      CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ECOUTER LE PODCAST